Une Assurance hospitalisation : les questions à se poser.

Cette question revient fréquemment : une assurance hospitalisation est obligatoire?

La réponse est non. La loi oblige tout résident belge à être affilier à une mutuelle de son choix. Cette mutuelle aura comme rôle principalement d’effectuer les remboursements (en partie) de frais médicaux et de santé (exemple le plus courant : rendez-vous chez votre médecin traitant, une consultation chez le dentiste ou une séance chez un kinésithérapeute). 

Si vous deviez vivre une hospitalisation, les frais pour celle-ci sont souvent très importants et on ne choisit jamais une hospitalisation où un souci de santé. Dans ces cas-là, la mutuelle interviendra pas complètement mais en partie. La plupart des belges font donc le choix de souscrire en plus une assurance hospitalisation, contre ces frais éventuels qui sont généralement imprévus et peuvent vite être très élevé.

L’assurance hospitalisation est donc une assurance complémentaire, en plus de la mutuelle. Celle-ci pourra intervenir après la première indemnité de la mutuelle et pourra donc réduir le les frais à payer et donc les soucis financiers qui n’étaient pas prévu.

Une consultation à l’hôpital où chez un spécialiste ne sont remboursés qu’à 75 %. Vous devrez encore payer 25 % des frais vous même ensuite. Vos frais médicaux peuvent très vite être élevés, c’est pourquoi il est vivement conseillé de souscrire une assurance hospitalisation complémentaire pour vous et votre famille. Vous réduisez ainsi le coût à payer et évitez les soucis financiers et administratifs.

Tous les frais médicaux ne sont pas remboursés. Une assurance hospitalisation complète la fonction d’une assurance maladie ( c’est-à-dire une mutuelle) qui elle n’intervient que dans certaines situations (achat médicaments, remboursement attelle, etc… )

Prenons l’exemple d’un accident de voiture que malheureusement vous subissez. Vous serez immédiatement transporter dans l’hôpital le plus proche du lieu de l’accident afin de vous soigner au plus vite. Une opération se prépare et vous devez rester hospitalisé à l’hôpital pendant quelques jours. L’ensemble des frais de cette intervention et de votre prise en charge peuvent être énorme voir impayable pour vous. Les interventions chirurgicales par exemple se comptent en milliers d’euros.

C’est clairement pour cette raison qu’il est plus que conseiller de souscrire une assurance hospitalisation en plus de votre mutuelle. De cette manière, vous réduirez les risques de frais médicaux impayable en cas d’accident. Celle-ci vous offre une couverture partielle (environ 75 %). Attention : l’intervention de l’assurance hospitalisation ne peut se faire qu’après celle de la mutuelle.

Saviez-vous que :  chaque année, le nombre de maladie ou de cancers diagnostiqué chez les belges sont en augmentation. Prenons l’exemple en 2010 : plus de 60.000 cas on été diagnostiqué en Belgique. Cela signifie un peu plus de 150 personnes / jours. Personne n’est à l’abri d’une mauvaise nouvelle : une maladie, un cancer, …

Le cancer du sein est le cancer le plus répandu en Belgique pour les femmes et pour les hommes la prostate. Les traitements existent pour lutter contre ce type de cancer mais coûte très cher, des milliers d’euros à charge du patient. Pour éviter tout cela, pensez vraiment à souscrire une assurance hospitalisation qui prendra en charge vos frais médicaux que ce soit une chambre privée, un traitement, des médicaments, etc…

Un employeur est-il obligé de vous offrir une assurance hospitalisation?

La réponse est non. “Offrir” une assurance hospitalisation à ses employés est un avantage extra-légal que l’employeur peut choisir ou non d’effectuer. Sachez que ce type d’avantages extralégaux sont intéressants pour les employeurs étant donné qu’ils leurs coûtent moins cher en cotisations de sécurité sociale que le paiement d’un salaire plus élevé. L’employeur n’a donc aucune obligation par rapport à la loi belge mais il est peu si il le souhaite ( dans son intérêt ) souscrire cette assurance pour vous. 

Il est avantageux pour un employeur de souscrire plusieurs primes auprès de son entreprise car une prime collective hospitalisation sera moins chère pour lui et très avantageuse par rapport à une prime individuelle payée par l’employé à titre privé. Ceci s’explique par le fait que l’assureur calculera le risque de l’employeur sur base d’un ensemble d’employés alors qu’une personne individuelle aura le risque sur lui seul. De plus, dans ce type de contrat “collectif” l’employeur pourra bien entendue négocier les termes de son contrat et obtenir des réductions.  

Attention tout de même : Si vous avez contracté une assurance via votre employeur et que la pension approche?

Vérifier bien que votre assurance hospitalisation contracté via votre employeur dans le passé comportait bien une police d’attente

Qu’est ce qu’une police d’attente ? 

Un police d’attente protège l’assuré d’une éventuelle prime élevées, l’assureur ne pourra pas vous exclure également en cas de licenciement où d’un départ à la retraite. Il est vivement conseillé de bien vérifier que votre assurance hospitalisation auprès de votre employeur contienne bien cette police d’attente. 

Prenons l’exemple d’une personne âgée d’une soixantaine d’année qui décide de partir prochainement en pension. Cette personne avait souscrit et bénéficiait d’une assurance hospitalisation via son employeur mais celle-ci se stop au moment du départ à la retraite. Si cette personne veut à nouveau être couverte contre ses soins futures, elle doit impérativement souscrire à nouveau une assurance hospitalisation auprès d’une compagnie d’assurance privée ( Ag Insurance, DKV, Partena, Allianz, … ). Ce qui impliquera de passer d’une assurance via un employeur à une assurance individuelle. Il s’agit à peu de chose près du même procéder pour un licenciement. 

Avec un contrat d’assurance hospitalisation, obtiendrez-vous toujours une chambre privé ?

La réponse est non. Chaque compagnie d’assurance propose une/des formule(s) d’assurance hospitalisation avec des garanties différentes. Un contrat chez l’un n’est pas le même chez l’autre. Plusieurs éléments et garantie de contrat peuvent varier d’une police à une autre.  Les éléments qui peuvent varier sont les suivants :

  • Une couverture en chambre seul (privée) ou double (commune).
  • Le montant de la franchise demandée au moment de l’hospitalisation. 
  • La durée de couverture des soins ambulatoires (c’est-à-dire avant/après l’hospitalisation).  
  • Les maladies (grave) couvertes dans le contrat
  • Le montant maximal (plafond) de remboursement au moment d’une hospitalisation

La plupart des employeurs offrent une couverture pour une chambre double mais donnent la possibilité aux employés d’augmenter cette couverture pour une chambre individuelle moyennant le payement d’une petite prime complémentaire.

Notre conseil : ne négligez pas ce “confort”. Une chambre privée est la chose que l’on souhaite le plus au monde après une opération par exemple. Se reposer seul dans une chambre n’est pas un luxe, le repos et le calme aide au bon rétablissement. 

Pensez par exemple à Partena qui propose une excellente couverture en cas d’hospitalisation et garantie une chambre privée. DKV, très populaire en Belgique garantie également directement une chambre privée seul. 

L’ensemble des frais ambulatoires sont-ils couverts par une assurance hospitalisation?

La réponse est non. La plupart des assurances hospitalisation couvrent, en moyenne, les frais ambulatoires liés à une hospitalisation de un à 3 mois avant et 2 à 6 mois après. Ceci est valable pour la plupart des assurances hospitalisation disponible sur le marché belge. Bien évidemment, chaque police d’assurance est différente, analysez bien votre contrat d’assurance. 

Que signifie les frais ambulatoires? 

On appelle les «frais ambulatoires» lorsqu’ils ne sont pas donné pendant l’hospitalisation en tant que telle. Il s’agit de l’ensemble des frais qui sont avant ou après une hospitalisation. Comme par exemple des frais de consultations chez le médecin après l’hospitalisation, des frais de médicaments, de prothèses ou encore de verres de lunettes, tout cela dans la durée de 3 mois avant et 6 mois après en fonction de votre police d’assurance

Les autres frais ambulatoires non liés à une hospitalisation peuvent également être couverts par des assurances complémentaires.

Prenons l’exemple d’une personne qui subit une opération chirurgical à la jambe droite, celle-ci sortira d’hospitalisation quelques jours plus tard pour rejoindre son domicile. Cette personne devra tout de même continuer un traitement médicamenteux à domicile. Les frais pour ses médicaments seront également prit en charge par l’assurance hospitalisation. Quelques semaines plus tard, cette personne commence à aller mieux et doit porter un bas de contention pour éviter les gonflements de sa jambe, cet achat peut également être remboursé dans certaines compagnie d’assurance car elle intervient dans l’hospitalisation.

Nous conseillons de comparer les différentes offres et formules de chaque compagnie d’assurance.

Posez-vous bien les questions suivantes afin de faire votre choix plus facilement :

  • Pouvez-vous choisir librement votre hôpital et votre chambre ?
  • Qu’en est-il des soins pré- et post-hospitaliers ? Pendant combien de temps sont-ils couverts ?
  • L’assurance paie-t-elle les factures directement ou devez-vous d’abord avancer le montant ?
  • Êtes-vous également couvert(e) à l’étranger ?
  • Existe-t-il un remboursement pour les traitements alternatifs ?
  • Quelle est la franchise ?
  • La prime est-elle fixe ou augmentera-t-elle en fonction de votre âge ?
  • Pouvez-vous inclure les membres de votre famille dans votre police ?

Image
Assurance hospitalisation : que couvre-t-elle ?
4.6 (92.68%) 41 vote[s]
(989, 1)